Auto-développement à la base : Des femmes vivant avec handicap formées en saponification

0
83
Le Comité national de développement des réseaux pour l’éducation en Afrique de l’Ouest (Cndreao/Sénégal) a clôturé, hier, une semaine de formation au profit du Collectif des handicapés pour l’insertion, la formation et l’éducation (Chife). L’activité a pour objectif la promotion de l’auto-développement à la base.
Les bonnes ressources humaines sont un intrant de la performance. C’est pourquoi, le Comité national de développement des réseaux pour l’éducation en Afrique de l’Ouest (Cndreao/Sénégal) s’est engagé dans le renforcement des capacités, en organisant une session de formation au profit des membres du groupe thématique handicap. Les modules de la formation ont porté sur la saponification (fabrication de savons traditionnels) et sur la gestion administrative et financière. Selon le formateur Mbakhane Diop, par ailleurs vice-président du Cndreao, ce renforcement de capacités rejoint les objectifs du Cndreao.
«Notre organisation promeut l’auto-développement. La mise sur pied de la micro-unité de fabrication et de commercialisation de savon entre dans cette perspective. C’est tout le sens de ce renforcement de capacités de nos membres», a souligné M. Diop. Aussi a-t-il précisé qu’avec ces modules de formation, les bénéficiaires vont pouvoir disposer d’un ensemble de techniques pour mieux gérer et développer leur organisation communautaire de base. A travers la diversité des informations et méthodologies qui ressortent de cette formation, le but visé est de mettre un guide pratique de données essentielles de base sur les techniques et méthodes d’approche pour une production artisanale de savons améliorés avec des produits locaux (huile de palme, «niim» et aléovera) comme intrants.
Magnifiant l’initiative, Bassirou Ngom, coordonnateur du Collectif des handicapés pour l’insertion, la formation et l’éducation (Chife) s’est réjoui de la démarche du Cndreao de promouvoir l’auto-développement. Selon lui, cette formation vient à point nommé et s’inscrit dans le cadre du transfert de connaissances et de compétences pour la promotion des activités des femmes. « C’est ce qui justifie la présence de 10 participantes membres du Chife à cette formation », a expliqué Bassirou Diop, avant d’exprimer le souhait de «voir les femmes handicapées bénéficier d’appui pouvant leur permettre d’avoir des activités génératrices de revenus».
Au nom des bénéficiaires, Ndèye Agnès Diouf a salué la qualité de la formation. «Nous sortons très outillées de cette formation. Elle nous a permis de connaître la composition des huiles destinées à la fabrication du savon, la manière de les purifier et de faire les mesures, etc.», a-t-elle laissé entendre. Elle a conclu en disant «leur optimisme dans l’écoulement de (leurs) produits qui sont de qualité».
Tata SANE

LEAVE A REPLY