Journée internationale de l’autisme: Ker Xaleyi et les parents au front, l’Etat attendu davantage dans la prise en charge

0
143

La journée internationale de l’autisme est prévue pour demain, dimanche 2 avril. Occasion saisie par le collectif de parents et amis des enfants de Ker Xaléyi (copekx) d’anticiper cette journée, en organisant une randonnée pédestre. Senego y a fait un petit tour afin de recueillir les avis des parents et participants.

Lamine Fall, pédopsychiatre, considère que c’est un événement important qui nécessite l’implication de tout le monde. « La prise en charge dans le système éducatif est un aspect très important pour ces enfants qui ont la capacité à développer des connaissances. Des connaissances qui dépassent même, quelque fois, les nôtres dans certains domaines. Je trouve qu’il est important qu’ils puissent les valoriser« , précise M. Fall, dirigeant de l’unité de pédopsychiatrie « Keur xaléyi » de l’hôpital Fann.

Il n’a pas manqué de lancer un appel. « Si on les aide à mieux s’adapter, ils peuvent montrer beaucoup de compétences, parfois même supérieures à la moyenne des populations. Je pense que l’effort se trouve sur le fait de leur permettre de participer au développement du pays, mais aussi, au développement personnel. Ces enfants savent faire beaucoup de choses, mais les parents ne savent pas à qui s’adresser pour leur permettre d’exposer leur potentiel« , confie-t-il.

De son côté, Birahim Ndiaye, parent d’un enfant atteint d’autisme, et membre du Copekx, de revenir sur la motivation de cette journée.

« Ces enfants ne sont pas fous, comme le pensent certains. Certes, ils ont des difficultés, mais, ce sont des gens normaux, comme nous. Il faut que nous, en tant que parents, aidions ces enfants. Et je lance un appel à l’Etat afin qu’il puisse ériger des centres qui peuvent lès accueillir pour une bonne prise en charge. L’Etat doit assister ces jeunes. Le président Roosevelt des Usa se déplaçait en chaise roulante et il a beaucoup fait pour les personnes à mobilité réduite. C’est ce que j’appelle le leadership, c’est ce qu’on attend du président Macky Sall« , précise l’interlocuteur de Senego.

« Je ne parlerais pas de maladie, mais plutôt de handicap. Ils sont différents des autres enfants. Raison pour laquelle ils sont marginalisés par les autres, de leur âge, dans le milieu scolaire. D’où la nécessité de centres spéciaux, spécialisés. Les autres écoles où vont nos enfants, ne sont pas aptes à accueillir ces enfant autistes« , c’est l’avis de Khadijatou Thiam, présidente de Copekx.

Ker Xaléyi dépend du ministère de la santé, mais, Khadijatou trouve que l’Etat n’en fait pas assez, et demande à ce que les autorités en fassent plus pour accompagner ces enfants. Leur combat de tous les jours.

LEAVE A REPLY